Écoutez en direct

Senators de Belleville vs Rocket de Laval

MBILLI ET MAKHMUDOV À SHAWINIGAN LE 25 MAI

Par Réjean TREMBLAY

Publié le

Crédit photo : Eye of the Tiger

 On va régler l’essentiel tout de suite. Donc, je réserve une grande chambre au Gouverneur de Shawinigan à partir du 22 mai. Peut-être le 21, dépendant de la date de conférence de presse.

Christian MBilli, récemment mis sous contrat avec Top Rank et Eye of The Tiger aux États-Unis et dans le reste du monde, va faire la finale du gala de boxe présenté à Shawinigan samedi le 25 mai. Décidément, l’investissement d’Emmanuelle Estephan dans les Cataractes de Shawinigan a des retombées positives sur la ville et la Mauricie. 

 MBilli est un des boxeurs les plus aimés au Québec. Et en France. Et après son incroyable performance à Québec le 13 janvier, c’est un cadeau du ciel pour Shawi de présenter son prochain combat.

La demi-finale mettra en vedette Arslanbek Makhmudov et ce combat de retour est passionnant pour les fans. Comment Makhmudov se remettra-t-il de sa défaite à Ryad en Arabie en décembre dernier ? A-t-il récupéré complètement après son opération  et surtout, a-t-il retrouvé le gymnase et Marc Ramsay avec une nouvelle humilité et un esprit ouvert à travailler sa technique et sa défense ?

Mais selon mes sources, un troisième combat sera encore plus gros sur la scène internationale que les deux de MBilli et Makhmudov. On me glisse à l’oreille que ce sera le plus important combat jamais présenté à Shawinigan. Laurent Poulin devrait le deviner en lisant ces lignes.

C’est mercredi que Roger Lavergne, président des Cataractes, va fournir les détails de la soirée. On sait déjà que MBilli aura droit à un gros calibre et que Makhmudov devra convaincre les amateurs…et lui-même.

Claude Vallée, un des bras droits de Lavergne qui a quelques bras vous l’avez deviné, va être là avec son Kia Sportage. Ce Kia est rendu à 565,000 kilomètres au compteur. Si un génie de la publicité veut louer le Sportage, faut appeler Mme Vallée au Ma-Mi  Restaurant de Grandes-Piles, là où Céline Dion et Mathieu Boulay arrêtent manger leur smoked meat.

Et d’ici le 25 mai, le Sportage pourrait avoir atteint les 600,000 kilomètres. Le pare-brise est craqué. 

Il reste plusieurs mystères à élucider chez Eye of The Tiger au cours des trois prochains mois. Il y a la soirée du 11 avril avec Érik Bazinyan  puis celle du 12 mai à Perth en Australie alors que Iman Khataev fermera la soirée d’un gala mettant aussi en vedette Lomachenko. Le 25 mai, ce sera le tour de Shawi. Mais le bruit court que Steven Butler et Patrice Volny pourraient faire la finale d’un gala le 6 juin. Et on tente de négocier un combat pour un titre mondial pour Mary Spencer.  Sans oublier Jhon Orobio et Vanessa Lepage-Joanisse…

Chez Gym, Marie-Pier Houle et Kim Clavel seront à  l’œuvre. Le reste ?

Et j’espère que Sébastien Bouchard trouvera un promoteur pour un dernier combat à Québec devant les siens. 

CHRISTOPHE HUSS…EN FEU AVEC DEUX ORCHESTRES

 Donc, vous ne connaissez pas Christophe Huss. C’est le chroniqueur de musique du Devoir. Le meilleur de la francophonie. Les snobs de Diapason et de Classica, les grands magazines français, sont incapables d’approcher sa simplicité.

J’en parle parce que Christophe vit une situation qui me rappelle le Canadien et les Nordiques pendant quinze ans. Le Québec pouvait compter sur deux excellentes équipes mais les journalistes étaient certains d’offusquer quelqu’un chez le Canadien s’ils écrivaient quelque chose de bien sur les Nordiques.

 Aujourd’hui, même quand ils sont pourris et médiocres, tout le monde parle et écrit en bien sur les Glorieux. 

 Christophe, lui, est coincé entre l’Orchestre symphonique dirigé par Rafael Payare et l’Orchestre métropolitain conduit et inspiré par Yannick Nézet-Séguin. Les deux ensembles sont superbes et s’attirent les louanges partout sur la planète.

Fait que Christophe, si j’en juge par le nombre de ses textes dans le Devoir, travaille huit soirs par semaine et de ces temps-ci semble pencher du côté de l’OSM aux dépens de l’OM. J’ai analysé chaque paragraphe et chaque titre et je pense que mon ami Erik Ryan, le président de l’OM, doit se dire que Huss a un penchant pour l’adversaire.

Comme les Nordiques le disaient de Bertrand Raymond et d’Yvon Pedneault et le Canadien de quelqu’un d’autre…

À l’époque, il y avait Villeneuve, Simoneau, Houde, Chantelois, Trudel, Mailhot, Tom Lapointe et quelques autres pour se partager la pression et les mécontentements.

Mais ce pauvre Christophe est tout seul. Donc, il ne peut jamais gagner. Le chroniqueur de musique classique de BPM Sports se demande encore pour quelle équipe peut donc jouer ce Mozart qu’on dit digne d’un premier choix…

boxeÉditoLa uneRéjean Tremblay

LES VISAS MEXICAINS DE TRUDEAU ONT RAISON DU MATCHMAKER

Crédit photo : RDS  Je ne veux rien enlever à Vincent Morin qui tente d’exercer son métier de matchmaker dans ... Lire plus

MIKE MATHESON : TENIR COMPTE DU FACTEUR HUMAIN

Crédit photo : David Kirouac-USA TODAY Sports  À la fin, Jeff Gorton fera bien ce qu’il voudra. Mais pour avoir ... Lire plus

LE CH : UNE SAISON DÉCEVANTE MAIS PORTEUSE D’ESPOIR

Crédit photo : The US Sun  Quand on porte le regard et l’attention sur toute la saison du Canadien, on ... Lire plus