Écoutez en direct

Senators de Belleville vs Rocket de Laval

SUZUKI ET SLAFKOVSKY ME RASSURENT !

Par Réjean TREMBLAY

Publié le

  J’ai eu des doutes sur la capacité de Nick Suzuki de mener le Canadien vers une Coupe Stanley.

Qu’on les examine par n’importe lequel bout, les statistiques de Suzuki étaient celles d’un bon joueur de deuxième trio. Et je trouvais qu’il manquait de chien dans son jeu.

Mais ces doutes étaient amoindris par le contexte. Il n’y avait pas un défenseur quart-arrière à l’arrière pour relancer l’attaque comme le fait Mike Matheson cette saison. Et surtout, l’an dernier, Cole Caufield a raté une demi-saison et le flanc gauche en a souffert.

Mais le grand changement c’est l’éclosion du vrai grand talent de l’attaque du Canadien. Les fans sont chanceux, Alexis Lafrenière aura eu besoin de quatre saisons pour atteindre un statut  de joueur important pour les Rangers. Juraj Slafkovsky roule au même rythme à sa deuxième saison. Et à cause des circonstances, il occupe une place encore plus vitale dans le jeu du CH. C’est une bénédiction.

Slafkovsky est grand, gros et fort. Il possède un lancer dévastateur qu’il utilise davantage à mesure qu’il prend confiance en lui. Et surtout, même s’il est intimidant à cause de stature, c’est sa très remarquable vision du jeu qui le rend si dangereux.

L’apport d’un ailier aussi dominant à eu un effet de boule de billiard. La blanche frappe la rouge qui frappe la noire qui s’empoche. Slafkovsky a libéré de l’espace et des idées pour Suzuki. Et même si Caufield paye le prix pour des nuits trop courtes, les retombées sur le jeu du capitaine et de «Slaf» ne sont pas vraiment négatives.

Un de mes amis m’avait convaincu en juin dernier que les actifs du Canadien, pour reprendre un langage de finances, étaient beaucoup plus élevés que ceux de leur adversaire. 

C’était avant que Slafkovsky ne se développe en vrai premier choix total. 

Imaginez aujourd’hui…

FRANCY NTETU GAGNE AU KENYA…LA SUITE AU MALAWI

 Francy Ntetu s’est battu contre David Benavidez, contre Erik Bazinyan, contre Marcus Browne et contre David Lemieux. Autrement dit, le gars de Chicoutimi n’a peur de rien. Et en plus, c’est toujours un plaisir de discuter avec lui. Il est intelligent et ouvert. 

Mais Francy a maintenant 41 ans et les combats intéressants en Amérique sont rarissimes. Surtout qu’il a été vaincu par les gros noms dont je faisais mention.

Mais l’homme voue une passion insondable pour son sport. Et pour la philosophie qui le sous-tend : « J’aime mieux être un guerrier dans un jardin qu’un jardinier dans une guerre », m’écrivait-il hier de Nairobi, capitale du Kenya. 

Ntetu s’est battu au Charter Hall de Nairobi samedi soir et a gagné par décision unanime contre James Lano, un boxeur local…bruyamment appuyé par la foule.

Ce retour en Afrique touche Ntetu, né au Congo et immigré à Chicoutimi à l’âge de six ans. 

Pour lui l’aventure se poursuit et il se battra au Malawi le 28 avril. Le Malawi est situé à côté de la Tanzanie du côté Est de l’Afrique. On dit que le Michel Hamelin local a l’air bête. 

Dans une correspondance avec Lady Ju il lui rappelait qu’il était quand même prudent. Il n’a pas du tout envie de disputer le round de trop comme c’est arrivé à Adonis Stevenson.

On va suivre son périple en souhaitant bonne chance au Québécois…

boxeCanadiensÉditoHockeyLa uneLNHRéjean Tremblay

LES VISAS MEXICAINS DE TRUDEAU ONT RAISON DU MATCHMAKER

Crédit photo : RDS  Je ne veux rien enlever à Vincent Morin qui tente d’exercer son métier de matchmaker dans ... Lire plus

MIKE MATHESON : TENIR COMPTE DU FACTEUR HUMAIN

Crédit photo : David Kirouac-USA TODAY Sports  À la fin, Jeff Gorton fera bien ce qu’il voudra. Mais pour avoir ... Lire plus

LE CH : UNE SAISON DÉCEVANTE MAIS PORTEUSE D’ESPOIR

Crédit photo : The US Sun  Quand on porte le regard et l’attention sur toute la saison du Canadien, on ... Lire plus