Écoutez en direct

100 MILLIONS US POUR FURY ET USYK…

Par Réjean TREMBLAY

Publié le

Crédit photo : DAZN

LA ROUTE A COMMENCÉ À LAVAL QC

Tyson Fury et  Oleksandr Usyk vont donc se partager au minimum 100 millions US. C’est ce que le promoteur Bob Arum a déclaré cette semaine à Riyad. Fury va ramasser 70 millions et Usyk 30 millions. Si c’est plus, ça va se faire au pro rata de ces chiffres.

Vous allez dire que c’est fou. Que les Arabes vont détruire la sport professionnel avec leurs milliards, je vous dirai que c’est nous tous qui contribuons à cette gigantesque folie.

On pense que 5 millions de fans dans le monde vont payer un abonnement à DAZN pour s’offrir cette carte de boxe fabuleuse. En passant, notre ami vieillissant Sergey Kovalev se bat dans un des premiers combats de la soirée.

Cinq millions à 40 $ en moyenne pour un abonnement récurent c’est 200 millions de revenus. Même à 30 $, ça donne encore 150 millions. Et on ne parle pas de tout le reste. C’est fou.

Et puis, en octobre dernier j’étais dans le VUS noir qui nous transportait de l’aéroport de Riyad jusqu’à l’hôtel au centre-ville quand Simon Kean s’était exclamé : « À date, ça ressemble un peu à chez-nous ». Il regardait les immeubles fabuleux et modernes de chaque côté de l’autoroute urbaine et je le trouvais bien optimiste :

-Simon, est-ce que tu t’es assommé au plafond de la voiture depuis qu’on a démarré ?

-Non…l’asphalte est parfait.

-Justement,  y a pas de bosse, pas de trou, pas de nid de poule. C’est pas comme chez-nous.

Y a rien comme chez-nous à Riyad. Les Bentley sont des chars ordinaires, les femmes portent le foulard et on n’attend pas pour voir un médecin.

C’est la dernière fois que Tyson Fury est monté dans un ring pour un combat. Fin octobre à Riyad.  Contre Francis Ngannou. Et honnêtement, il avait eu l’air d’un gros mou pas en forme. 

Fury a eu l’intelligence de comprendre qu’un gros mou se ferait démolir par Oleksandr Usyk. L’Ukrainien est fort, puissant, techniquement supérieur et rapide. 

Et il est invaincu… Comme Tyson Fury.

C’est la troisième fois dans l’histoire de la boxe que deux boxeurs invaincus s’affrontent pour devenir champion incontesté des poids lourds.

La première fois, c’était Joe Frazier contre Muhammad Ali en 1971 à Madison Square Garden, la deuxième fois, ça se passait au Trump Plaza à Atlantic City le 27 juin 1988. J’y étais et Donald Trump avait un peu boulechité dans la salle de presse internationale en me disant que  « La Presse était certainement un grand journal si on m’avait délégué au combat ». C’était surtout le directeur des sports Pierre Gobeil qui avait compris que c’était de la dynamite. Deux champions invaincus allaient faire un maître. Ça avait duré 91 secondes. Tyson par knock-out.

Et nous voilà en mai 2024 avec deux champions légitimes qui vont faire un  maître. 

Crédit photo : Wikipedia

TYSON FURY AU SHERATON À LAVAL

 La route a quand même était cahoteuse pour Tyson Fury. Cette semaine, dans une entrevue touchante, il a expliqué que le soir de la Halloween 2017, il était gros, dopé et saoul. Dans la nuit, il a prié pendant de longs moments, à genoux sur le plancher et a pris des résolutions pour relancer sa carrière et sa vie. 

Il dit que ce furent une succession de petits pas, de quelques jours, parfois de quelques heures.

Vous voulez savoir ? Plusieurs de ces petits pas  ont été effectués au Sheraton de Laval et le samedi sur le plancher de la Place Bell à Laval.  

Fury est un gitan. Un gipsy. Comme Billie Joe Saunders qui affrontait David Lemieux en championnat du monde.

Le grand géant de près de 7 pieds, énorme, était présent lors de la conférence de presse. Quelqu’un m’avait offert d’aller l’interviewer.  Pourquoi faire ? Quel était l’intérêt d’écrire sur ce grand et énorme boxeur qu’on disait être en désintoxication ?  Il ne s’était pas battu depuis deux ans,  une victoire quand même impressionnante contre Wladimir Klitschko.  

Fallait s’occuper de Saunders et de son fils de sept ans qui donnait des coups de pieds dans les jambes de Michel Hamelin, le chef de police de la Régie. 

On ne le savait pas mais pendant tout ce temps à Laval, Tyson Fury faisait des petits pas, s’entrainait avec les gipsys et apprenait à manger sainement. 

Des fois, je me donnerais un coup de pied aux fesses…

VICTOIRE DE USYK

  Et qui va gagner ? Mon opinion n’est pas meilleure que la vôtre si vous suivez sérieusement la boxe.

Peut-être que Fury a trop maigri. Qu’il va perdre de la puissance.

Peut-être que Usyk va être trop hargneux pour lui.

Mais en même temps, on va se le dire, Usyk a volé la victoire à Daniel Dubois à son dernier combat…

Quand même, à cause de Russ Anber qui est dans son coin, je choisis Usyk.

Mais si je me trompe, je vais être bien content, Alexis Barrière a fait du sparring avec Fury.

Le Québec ne peut pas perdre.

Et un rappel, à cause du décalage horaire, le gala devrait commencer dans les eaux de midi samedi. 

boxeÉditoLa uneRéjean Tremblay

LE CH ET SON DERNIER TOP-5…LE PETIT FILS DE MUHAMMAD ALI…STEVE CLAGGETT ET LE GRAND  RÊVE…ET LA TRAVERSÉE DU LAC ST-JEAN

Crédit: Matthew Pearce/Getty Images MIAMI- C’est évidement la grosse affaire du jour. À moins d’une énorme surprise, le Canadien va ... Lire plus

MONTRÉAL NE PEUT SE PERMETTRE UNE COUPE STANLEY – STEVE CLAGGETT DOIT BOXER…COCHON !

Célébration de la conquête de la coupe Stanley du Canadien le 16 mai 1977. Il manque de cônes… Crédit: Michael ... Lire plus

LES TERRASSES RESTENT OUVERTES À FORT LAUDERDALE – STEVE CLAGGETT ARRIVE POUR SON COMBAT

Crédit photo: Associated Press FORT LAUDERDALE- Matthew Tkachuk n’a pas dormi de la nuit. Et hier matin à huit heures, ... Lire plus